Une Alliance Insoupçonnée (2eme partie)

Observations

Pour moi, il est clair que la civilisation occidentale est en péril.  Les autorités politiques actuelles (Trudeau, Merkel, Hollande, Couillard etc…) sont, de toutes évidences, en train de dilapider notre civilisation, et fait entrer intentionnellement au sein de leur pays, des gens diamétralement opposés aux valeurs occidentales.  Avec les taux de natalité inégales entre les cultures, celle qui se reproduit le moins est destinée à perdre le contrôle de sa souveraineté.  Étant donnée le régime démocratique que nous nous sommes choisi, notre perte est  mathématique.  Dû à cette immigration suicidaire, une théocratie musulmane aurait, d’ici quelques décennies, de bonnes chances de s’instaurer dans des régions autrefois soumise au régime du Christ, et ce, en Amérique.

Si je veux voir mon fils grandir dans une société qui me ressemble, celle dont  j’ai héritée, je me dois au moins de tenter de la rescapée.   Ce qui la menace le plus maintenant, c’est tout ce qui affecte négativement sa reproduction.  Et  le moteur de cette reproduction, selon moi, est la famille.   J’y crois principalement parce que la famille est le transmetteur de la personnalité des races, tant au niveau de la quantité que de la qualité. Si nous n’avons pas la motivation d’avoir ou de protéger l’entité souveraine de la famille, nous n’avons pas la motivation de nous reproduire en tant que personne.

Je suis d’avis que tout ce qui impacte négativement la famille est une agression contre notre immortalité, celle qui gît dans nos génération futures.  Et d’après moi, l’agression la plus évidente contre la famille provient de la dissolution des lois du mariage et de la montée du féminisme (le premier étant  facilement la conséquence du deuxième).  Demandez simplement à une féministe si elle veut des enfants et elle de répliquer sans hésiter que d’avoir des enfants équivaut à perpétuer le patriarcat. Sa carrière de « femme au bureau » semble valoir bien plus que d’avoir une famille fonctionnelle.  Être femme au foyer, c’est de l’esclavage etc… (J’invite mes lecteurs de me trouver des féministes ridicule dans les commentaire, moi je n’ai que Big Red en tête).

Mais le pire, c’est que les hommes ont été les agents de leur propre malheur.  Nous avons cédé notre pouvoir sur les femmes, et à présent nos familles sont brisées, notre vie sexuelle est lamentable, et nos aspirations sont réprimées parce que les femmes se pensent supérieur aux hommes en empathie,  pensent que les hommes sont né avec une« masculinité toxique » à châtier violemment, ou bien ridiculisent et dénigrent l’amitié entre homme comme étant juste une gang de fifs.

En tant qu’hommes hétérosexuels, nous avons cédé aux femmes, et ce, parce que nous cédons à notre attirance sexuelle.   Nous imaginons que les femmes vont nous remercier sexuellement d’avoir léguer autant de pouvoir, mais c’est l’inverse,  elle  l’utilise pour nous museler encore plus.   Notre insatisfaction sexuelle s’accroit grandissant, alors nous cédons toujours d’avantage notre pouvoir en espérant une contrepartie.

C’est à ce point que j’ai eu un déclic dans ma tête.

Lorsque nous cédons le pouvoir envers l’être désiré sexuellement,  l’ordre des choses est rompu.  On ouvre la voie à l’abus ou à la répression.  Céder le pouvoir à l’être désiré sexuellement est la voie pour s’assujettir complètement, au point tel qu’on se sent enchaîné. Le lien entre l’attirance sexuelle et le pouvoir (ou la soumission) est le lien inébranlable avec lequel on doit travailler pour retrouver l’ordre, la joie et l’espérance de familles nombreuses, unies et stables.  Ces familles pour qui l’État devrait y être soumis.   Mon intuition, qui consistait à persister à croire dans la Tradition, semble porter fruit.  L’homosexualité masculine, que je pensais marginale, semble  avoir joué un rôle qui m’était jusqu’à maintenant insoupçonné.