La nature de notre corruption (4e partie)

Monogamie versus Polygynie

L’homme sait très bien avec quelle partenaire faire son investissement parental et avec laquelle simplement assouvir sa pulsion. Pourquoi pas en faire une pierre deux coup?

Si on regarde tous ça de plus haut. Pour qu’une espèce puisse fleurir, la sélection naturelle exige un certain engagement de la part des deux sexes.

Ce qui incombe aux hommes est de s’engager en termes de ressources et de sécurité envers leurs partenaires et  descendance, tandis que les femmes doivent se maintenir belle, fidèle et soumise.  Rien dans la sélection naturelle à ce stade-ci n’a interdit l’homme d’avoir plusieurs partenaires, tant qu’il était capable de subvenir aux besoins des gens visés par ses unions conjugales. Et il est facile de voir qu’à plusieurs reprises dans l’histoire humaine, tel fut nos conditions.[1] Penser simplement au 300 concubines de  Salomon.

Au cours de l’histoire, les circonstances pouvaient changer; pensons aux guerres, famines ou périodes d’abondances. Les espoirs d’une jeune femme recevant un homme dont elle escompte l’investissement total pouvaient s’effondrer en une seule nuit. Les stratégies sexuelles des femmes dépendent donc de la rentabilité génétique potentielle de chacune des stratégies, selon les circonstances du moment. Une stratégie de partage de mâle pouvait être envisageable.

Il est évident que les femmes ne brûlent pas d’envie de partager un homme. Mais d’une manière générale, elles préféreront cela à la misère et à l’attention exclusive d’un bon a rien. Certaines femmes préfèrent le rôle de maitresse d’homme marié que d’être liée à l’engagement d’un clochard!

Homeless_man_in_Anchorage

En réalité, il faut comprendre que la polygynie redistribue les ressources de façon bien plus équitable entre hommes et femme que la monogamie  Un homme riche peut très bien faire vivre plusieurs femmes, alors qu’un un homme pauvre peu avoir de la misère à en maintenir qu’une seule. D’ailleurs, il n’est pas surprenant de voir aussi qu’un excès de polygynie va souvent de pair avec des régimes despotiques.

À la vue de ces principes, il est donc évident que les hommes du haut de la chaîne peuvent s’accaparer bien plus de ressources sexuelles qu’un homme en bas de la chaîne. Assumant que les proportions étaient égales entre les sexes, dès que deux femmes s’attachaient à un homme, c’est un autre homme qui se retrouvait seul.

solomonwives

Il y a inégalité évidente. Il n’est pas seulement inégalitaire mais dangereux de laisser beaucoup d’hommes sans femmes ni enfants. Si un homme doit investir beaucoup pour avoir une femme, il aura tendance à devenir… méchant.

Pour appâter les femmes, il sera plus enclin à courir des risques divers. —un vol par exemple. Il sera plus enclin au viol. Il sera plus enclin à une vie criminelle, ce qui aura pour effet d’aggraver le problème, puisque les chances de l’individu diminueront à gagner suffisamment d’argent par des moyens légitimes pour attirer les femmes[2].  Il est toutefois paradoxal de voir des femmes attirées par des criminels. D’autres recherches en psychologie évolutionniste pourrait nous répondre. [3]

Par ailleurs, les enfants élevés par des personnes qui ne sont pas leurs parents biologiques sont plus souvent exploités et plus souvent en danger que les autres. L’investissement parental est une précieuse richesse, et la sélection naturelle doit favoriser le psychisme des parents afin qu’ils ne le dilapident pas sur des étrangers.[4]

Une simple chute du taux de divorce, augmentant le nombre de jeunes femmes accessibles aux plus pauvres, réduirait  le nombre de ceux qui sombrent dans le crime, la drogue et parfois la clochardisation.

La polygynie a donc tendu à disparaître pour des raisons d’éthique égalitaire — égalité entre les hommes, pas entre les sexes.

Male-Female-Balance-Lg

Parallèlement, dans une société où tous les hommes sont égaux économiquement, cela tend à court-circuiter la polygynie.  En d’autre mots, les femmes ne tendent pas à être attirées par la richesse d’un homme si cette richesse est la même chez le voisin!


[1] Atlas Ethnograpgique G.P. Murdock   http://eclectic.ss.uci.edu/~drwhite/worldcul/atlas.htm

[2] Homicide, p178-179 Martin Daly et Margo Wilson 1988

[3] Les recherches depuis la parution du livre ont démontré que 3 trais psychologique ressortent du lot pour séduire les femmes: la psychopathie, le machiavélisme et le narcissisme.   La raison évolutionniste est que ces traits psychologiques sont nécessaire pour un mâle de haut statut ayant la tâche de protéger sa tribu ou royaume. Si on laisse les femmes trop de liberté sexuelle, les hommes finiront par tous devenirs des connards de la pire espèce.

[4] Homicide, p 83 Martin Daly et Margo Wilson 1988


Animal MoralL’Animal Moral, Robert Wright.

Psychologie évolutionniste

Condensé des idées et des conséquences de la sélection naturelle

1e partie (Sperme vs Ovule)
2e partie (Investissement parental mâle)
3e partie (Madone ou Putain)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s